Amour et vengeance: le coeur et son envers!

Quand l’amour et la vengeance ne sont pas de la partie, la femme joue médiocrement.” (Friedrich Nietzsche)

L’amour et la haine sont les deux côtés de la même médaille! On aime, on souffre, on a mal et marre d’être déçu, on hait, on court vers la vengeance…
Plus on aime, plus on est fragile et plus on insiste à se venger!
D’où vient cette toute puissante force qui nous pousse à causer tant de dégâts ?! Et si on aime vraiment, de tout notre cœur, comment peut-on souhaiter le mal à la personne qu’on a un jour tellement aimée?!
La vengeance, est-elle un médicament ou un poison?!

L’amour est une drogue, une maladie chronique dont la cure est souvent impossible! C’est une arme fatale, un danger imminent qu’on voit mais pour lequel on risque tout: notre énergie, notre temps, nos sentiments, nos nerfs, notre vie…!
D’ailleurs, c’est quoi l’amour, sinon une chasse, un défi, une recherche de quelqu’un sur qui jeter nos besoins, nos désirs, nos instincts et surtout, nos espérances et nos attentes?! L’amour, c’est l’illusion d’un rêve qu’on croit pouvoir un jour réaliser, une projection d’un futur qui n’aura pas lieu; une fausse aspiration vers une meilleure existence…!
C’est une branche dénudée et brisée d’un arbre mourant, qu’on essaie sans cesse de décorer avec des cristaux et des pierres précieuses…!

Puis soudain, un coup assommant nous réveille et nous rappelle que la réalité est bien plus aigre qu’on ne l’avait cru: on voit notre vie de rêve s’effondrer, notre « cité idéale » brûler devant nos yeux, notre château de sable s’écraser, nos ambitions se dissiper! Et on pense:
« Je vais me venger, même s’il me reste un seul jour à vivre, je VAIS me venger! Je ferai tout pour lui rendre ce qu’il m’a causé, pour venger mes larmes, mon cœur, mon Âme qui agonise à cause de lui!
À ce moment-là, comme si l’inspiration nous est tombée du ciel, on commence à planifier, comploter avec l’autre « moi », notre côté le plus sombre, et construire la forteresse où on veut l’incarcérer pour le restant de ses jours!

On connaît déjà ses points faibles: l’argent, la réputation, la puissance, les relations, les enfants aussi (surtout!), ce qui nous aide à bien jouer le jeu! On est prêt! Le voir vulnérable, solitaire, affamé, souffrant, devient notre suprême source de bonheur! Prenant plaisir à le regarder mourir de faim, pourrir à l’intérieur de ces murs froids, épais, noirs, humides, ce que l’on désire réellement c’est l’écraser, tel un cafard qui nous dégoûte!
Bien sûr, que notre partenaire soit une femme ou un homme, quand on se met quelque chose dans la tête, quand on le veut vraiment, on sait qu’on l’attire, et on finit par l’obtenir! C’est notre volonté qui prend le dessus!

Quelque temps après le commencement du jeu, cette pauvre créature devient tellement misérable qu’on finit par se demander d’où est-ce qu’on a bien pu avoir toute cette force! On n’avait jamais imaginé qu’on était tellement capable!!

Alors, s’il était riche, on l’appauvrit; s’il était fort, on l’affaiblit; intelligent, on l’abrutit; marié, on le pousse à se séparer; sûr de lui-même, on lui ôte toutes les sources de sa confiance! Jadis, il était quelqu’un; maintenant, il est devenu rien, personne!
Un bourreau auparavant, une victime infortunée à présent! On exerce une pression qui l’accable tellement qu’il finit par se soumettre! Une manœuvre excellente jouée par un escroc professionnel!
Du coup, on se sent si bien qu’on veut le torturer encore plus! Pour nous, c’est une victoire, une renaissance! Un acte libérant dont l’effet est encore meilleur que le yoga!!

Il arrive pourtant qu’il nous fasse pitié!
On lui inflige tellement de peines que ça devient parfois terrible!
La vengeance est une épée à double-tranchant, vous voyez: à force de torturer quelqu’un, on commence nous-mêmes à avoir mal!
Un plaisir tout d’abord, une pénitence à la fin!
Hélas, ce dont on ne se rend généralement pas compte, c’est que ces pensées attirent notre propre chute: on veut le jeter dans l’océan, il nous entraîne avec lui et on finit tous les deux par se noyer!

Et donc, le fantasme, auparavant un souhait, une volonté, devient un acte plaisant, un bonheur, puis se transforme en un châtiment, une souffrance qui marque le début de notre descente!
On devient prisonnier de nous-mêmes! On s’enferme dans une étroite cellule où on ne peut ni s’asseoir, ni se coucher, ni même se tenir debout! Un cercle fermé, attisé par la haine, le mal, le Négatif! La colère et la rancune nous aveuglent tellement qu’on finit par perdre la clef de cette cellule!
Et comme ça, l’enfer qu’on souhaitait pour notre cher amant se referme sur nous aussi! C’est l’ultime précipice…!

Il est vrai que l’être humain passe par des moments pénibles, des hauts et des bas qui souvent l’affaiblissent et lui font perdre la raison!
Cependant, quand des idées noires prennent le dessus, cela veut dire qu’on n’est plus en contrôle, que notre Âme est compromise, qu’on a choisi le chemin vers notre perdition! On perd l’équilibre et au lieu de voler, on chute, on plonge, on se noie…!
Alors autant choisir le bon chemin, demeurer ce que nous étions, garder les principes que nous avions appris tout au long de notre existence, nous rappeler qu’en fin de comptes, c’est le Bien qui l’emporte, et laisser le « Karma » s’occuper du reste . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *